La formule magique qui ouvre les portes des possibles

Dernière mise à jour : 23 juil.

Hier j’ai reçu un des plus beaux cadeaux de ces deux dernières années. Lorsque j’ai reçu la confirmation tant attendue, je me suis rendue compte que j’avais appliqué la même formule magique il y a deux ans – une recette qui avait là aussi donné naissance à un grand tournant de ma vie. La bonne nouvelle? C’est une recette hyper simple (je n’ai pas dit facile!) et accessible à tous!


Cela fait maintenant plusieurs mois que nous cherchons un logement au Portugal, proche de notre terrain afin de préparer le lancement de Almaterra Conscious Resort. Lorsque Andy avait été au Portugal au mois d’avril, il avait visité une petite maison avec mon père, non loin du terrain. Sauf qu’elle n’était pas encore en état, elle manquait de luminosité, était proche de routes (on a toujours peur pour notre chat…) et n’avait pas de bel espace extérieur (pour notre chien). Bref, pas le coup de coeur. Mais on nous disait “attention, les logements se font rares dans la région, vous cherchez pil poil dans les mois d’affluence touristique (juillet-août-septembre) et les prix sont très hauts, c’est compliqué…”. Mon père rajoutait une couche en disant “si vous refusez, je ne sais pas ce que vous trouverez!”. Mais le coeur n’y était pas, et le prix nous semblait assez cher pour ce que c’était.


Je n’ai pas de suite rappelé la propriétaire pour lui faire part de notre décision, certainement pas peur de ne rien trouver d’autre… inconsciemment je préférais garder cette option bien au chaud. Quelques semaines plus tard, mon père m’écrit en me disant que la dame avait d’autres personnes intéressées et qu’il fallait qu’on se décide. Tout à coup je l’ai senti de manière très claire dans mon corps: ça n’ira pas pour nous. On trouvera autre chose de mieux. J’ai appelé la proprio pour la remercier et lui dire qu’on n’emménagerait pas chez elle.


Aucune autre option ne s’est présentée à nous jusqu’à ce que j’y retourne moi, un mois plus tard. Pendant mon court séjour, j’en ai parlé à tout le monde: au jardinier, au fermier, aux voisins, à l’électricien, à la coiffeuse… J’ai visité deux maisonnettes, l’une sans taque de cuisson et à 20km du terrain; l’autre perdue dans un village sans aucune commodité, de surcroît très chère. Je refuse donc à nouveau deux possibilités de logements “potables”. Mais je ne désespère pas, je continue à en parler, à regarder les panneaux partout où je passe.


Puis un jour, j’ai un flash: et si on demandait aux voisins de mes parents, qui y viennent seulement en vacances? Mon père s’est exclamé “Les voisins?? ça n’ira jamais, il y aura sûrement les enfants et petits-enfants qui viendront passer l’été, ils ne voudront pas louer”. Je n’ai pas pour autant lâché l’affaire. Il se trouve que la femme de ménage de mes parents s’occupe également de cette maison adossée à celle de ma famille. Je saute sur l’occasion et lui demande de voir avec la proprio si à tout hasard ça l’intéresserait de louer la maison à la fille de ses voisins, pour quelques mois, le temps d’avoir tous les permis pour nous installer sur le terrain. La réponse ne se fit pas attendre: Avec plaisir, ça l’arrange même pour couvrir les frais d’entretien. Elle nous fera un prix d’amis.


Quelle merveilleuse nouvelle!! Je n’en reviens toujours pas. On n’aurait pas su mieux tomber, quel CADEAU inouï: une maison juste à côté de chez mes parents, dans le village médiéval où j’ai passé toutes mes vacances d’enfance… au coeur d’une des 7 merveilles du Portugal. Un village piéton, où règne le calme et la sérénité. Je me réjouissais sans même l’avoir visitée, sans même connaître l’intérieur. Je savais dans mon for intérieur que c’était la maison qu’il nous fallait pour cette période de transition, en attendant de pouvoir vivre sur le terrain dans notre tiny house. Je le sentais à l’intérieur de moi. C’est pour ça que je n’ai pas lâché l’affaire.

Deux jours plus tard je reçois des photos de la part de mon père, qui a demandé une visite à la femme de ménage qui a les clés. Je reste bouche-bée. Je n’arrive pas à croire mes yeux. Je regarde et re-regarde les photos, je n’en reviens pas. C’est tellement mieux que ce que je n’osais espérer! Cette maison est absolument charmante, décorée dans le style traditionnel portugais, avec d’anciens azulejos (des carreaux en faïence peints à la main), la roche de la muraille apparente dans une des salles de bains (parce que oui, il y a plusieurs salles de bain en plus!)… bref, un bijou.


Nous voilà comblés, rassurés, soulagés après des mois de recherche et d’incertitude, pendant lesquels je n’arrivais pas à me projeter, à visualiser notre déménagement. Cette trouvaille matérialise le début du nouveau chapitre dans lequel on embarque. Cette maisonnette est symbolique pour moi: collée à la maison de mes parents, elle incarne mon rêve de me rapprocher de ma famille. Située dans le village de mon enfance, elle dégage le doux parfum de l’insouciance.


Merci l’univers d’avoir écouté ma demande, je sais maintenant que tout ira bien. Notre aventure portugaise commence de la plus belle des manières. MERCI. Tout est juste. Tu es si généreux.


Mais tout ça n’est pas tombé du ciel. Auparavant le ciel m’avait testée, et ce à plusieurs reprises. J’aurai pu dire “oui” 3 fois, à d’autres logements “potables” (mais pas coup de coeur). Mais non, j’ai tenu bon, j’ai osé écouter ma petite voix, j’ai osé refuser sans savoir si on trouvera autre chose. J’ai osé rester “dans le vide”, dans cette zone d’insécurité, de questionnement, de flou, où on a l’impression que rien n’avance… et où pourtant justement, tout est possible.


Voilà donc ma grande leçon, celle que j’ai également vécue il y a deux ans, dans un contexte professionnel: Oser dire “NON”, c’est se dire un grand “OUI”! Refuser ce qui ne nous convient pas à 100% c’est faire preuve d’audace, de courage, de patience. C’est montrer à l’univers que l’on sait ce que l’on veut et ce que l’on ne veut plus/pas. C’est montrer à l’univers que l’on sait qui on est, aujourd’hui. C’est faire preuve de foi, croire fermement que si les choses ne se mettent pas bien pour nous, selon nos souhaits et besoins actuels, c’est qu’il y a quelque chose de mieux qui nous attend. C’est continuer à remercier l’univers malgré les “échecs” ou difficultés rencontré(e)s, car derrière eux se cache un merveilleux cadeaux.


C’est là que la magie se produit. C’est là que les portes s’ouvrent, que les possibilités, taillées sur-mesure pour nos besoins du moment, surgissent. Comme sur un plateau d’argent.


Alors dites-le plus souvent: NON.


Non à ce qui ne vous convient pas, ou plus.


Non à ce qui n’est pas tout à fait “vous”.


Non à ce qui ne résonne pas juste à l’intérieur de vous.


Non à ce qui vous chiffonne.


Et de merveilleux cadeaux feront leur apparition.


D’autres (les jaloux) appelleront ça “la chance”.


Peut-être. N’empêche que cette “chance” on se la crée !


Et pour cela il faut avant tout faire preuve de courage.


Alors dites NON.


Soyez courageux.


Osez vous écouter, suivre votre petite voix, vos tripes, votre coeur.


Osez rester dans le flou, le vide, l’incertitude.


Et de belles choses viendront à vous.


Ana


#oser #créersachance #courage #lamagiedelavie #direnon