top of page

4 principes qui t'aideront à mieux vivre les émotions difficiles

Le mot émotion remonte au XVIe siècle, du vieux français "emouvoir", qui signifie "remuer", et du latin "emovere", qui signifie "sortir, enlever, agiter". L'émotion représente donc le mouvement et, depuis son origine, on lui a attribué le sens de perturbation physique.


En d'autres termes, les émotions sont simplement des mouvements internes d'énergie qui perturbent ton état physiologique neutre.


Parce que nous n’avons pas appris comment traiter nos émotions, nous tombons dans le piège de nous y accrocher, et elles deviennent alors une extension intégrale de notre identité. Par conséquent, nous confondons nos émotions avec notre identité - nous leur permettons de nous définir.


Les émotions sont une partie essentielle de ce que nous sommes (càd. des êtres humains vivant une expérience terrestre), mais elles ne sont pas qui nous sommes. Elles ne sont pas là pour contrôler notre vie, elles sont là pour nous guider sur notre chemin.


+++


Principe #1 : Il n'y a pas de "bonnes" ou de "mauvaises" émotions, seulement de "bonnes" ou de "mauvaises" réactions


La première chose à comprendre, c'est qu'il n'y a pas de "bonnes" ou de "mauvaises" émotions. Nous avons tendance à qualifier de "mauvaises" des émotions telles que la colère, la jalousie ou la tristesse, et de "bonnes" des émotions telles que le bonheur, l'excitation ou l'inspiration.


En réalité, les émotions positives et négatives sont toutes deux essentielles à notre bien-être; nous commettons une grave injustice en ne nous permettant pas d'expérimenter pleinement l'une ou l'autre des extrémités du spectre.


Les émotions ne sont ni bonnes ni mauvaises, elles sont - tout simplement.


Les émotions sont des réactions automatiques qui se manifestent dans ton corps lorsque tu es déclenché par des stimuli externes. Tu n’as donc aucun contrôle sur elles. Mais ton véritable pouvoir réside dans la façon dont tu y réponds, càd. la façon dont tu te comportes après avoir ressenti ce que tu ressens.


Prenons la colère. Il est tout à fait normal de te sentir en colère. Elle t’aide souvent à identifier tes limites: ce que tu acceptes et ce que tu n'acceptes pas dans tes relations et ton quotidien. Lorsque tu te mets en colère, c'est parce que quelqu'un a dépassé les bornes. La colère n'est donc ni bonne ni mauvaise, mais c'est la façon dont tu y réagis et dont tu te comportes quand tu la ressens qui peut être considérée comme "bonne" ou "mauvaise".


Es-tu sur la défensive? Cries-tu après tout le monde autour de toi? Chaque petite chose autour de toi absorbe-t-elle ta frustration? Ou bien es-tu attentif à ce comportement et prends-tu le temps et l'espace nécessaires pour assimiler ce qui a été dit et fait?


+++


Principe #2 : Physiologiquement, tes émotions ne durent pas plus de 90 secondes


Dans les 90 secondes qui suivent l'exposition à un stimulus extérieur, le corps réagit de manière primitive et automatique : l'émotion de peur ou de colère est libérée et propulsée dans le corps.


En l’espace de 90 secondes, ces substances chimiques sont totalement éliminées de l'organisme. Cela signifie que pendant 90 secondes, tu peux observer le processus se dérouler, tu peux le sentir, puis le voir disparaître. Après cela, si tu continues à ressentir de la peur, de la colère, etc., tu dois  examiner les pensées que tu as et qui stimulent et réentraînent cette réaction physiologique, encore et encore.


Tu vis ainsi un cycle continu de pensées > émotions > pensées > émotions. Ce cycle aboutit à l'état émotionnel prolongé que tu expérimentes et auquel tu finis par t’identifier.


Nous répétons ce que nous ne réparons pas, parce que cela nous est familier. C'est précisément ce que Carl Jung voulait dire lorsqu'il a écrit :


"Tant que vous n'aurez pas rendu l'inconscient conscient, il dirigera votre vie et vous l'appellerez le destin."


+++


Principe #3 : Tu n’es pas tes émotions, mais c’est toi qui les vis


La chose la plus importante à faire lorsque tu vis des émotions difficiles est de te rappeler que tu n’es pas tes émotions, mais simplement la personne qui les vit. En d'autres termes, tes émotions ne te définissent pas :

  • Tu n’es pas une personne colérique, tu ressens de la colère

  • Tu n’es pas une personne triste, tu te sens triste ces derniers temps

  • Tu n’es pas une personne jalouse, tu es simplement jaloux en ce moment

  • Tu n’es pas un raté, tu es en train de vivre une période difficile


De même,

  • Tu n’es pas une personne faible si tu te sens anxieux

  • Tu n'es pas un lâche si tu as peur


Lorsque nous sommes tellement absorbés par le monde de la pensée et de l'émotion, nous commençons à attacher notre propre identité à nos expériences. Et comme nous continuons à lui donner de l'énergie, nous nous perdons dans cette nouvelle réalité que nous avons construite dans notre tête. Nous commençons à nous raconter ces mensonges et à y croire.


En psychologie, on appelle cela une distorsion cognitive, c'est-à-dire une façon de penser erronée ou inutile. Les distorsions cognitives sont la façon dont l'esprit nous joue des tours et nous convainc de quelque chose qui n'est tout simplement pas vrai, ce qui altère notre sens de la réalité. En philosophie, c'est ce que les anciens Toltèques appelaient une "mitote" et ce qu'en sanskrit on appelle "maya", une illusion.


Nous commençons à penser "voilà qui je suis" - je suis un raté, je suis anxieux. Mais ce n'est pas le cas: tu n’es qu'un être humain qui vit une autre des nombreuses expériences humaines.


+++


Principe #4 : Fuis tes émotions et elles te poursuivront


Ne résiste à aucune émotion, car ce à quoi tu résistes, persiste.


Tu ne peux pas fuir la peur, la colère ou la culpabilité. Lorsque tu fuis tes émotions, tu leur donnes plus de pouvoir, tu les enflammes. Elles deviendront plus bruyantes, obscurcissant ton horizon et le remplissant de brouillard.


N'oublie pas que les émotions font partie de tes mécanismes de survie et qu'elles persévéreront si tu ne tiens pas compte de leur importance. Alors, au lieu de les réprimer, valide-les. Au lieu de les supprimer, change la signification que tu leur attribues. Ne les crains pas.


Apprends à être curieux et à ne pas juger tes émotions, car le jugement est porteur de peur et la peur est porteuse de haine.


Autorise-toi à vivre pleinement tes émotions. C’est en osant approcher ton corps avec curiosité plutôt qu'avec crainte, que tout changera 💖



Quatre principes qui t'aident à mieux vivre les émotions difficiles

Comments


bottom of page